Des employeurs tentent de s’adapter aux exigences de la génération Z

Afin d’attirer les salariés nés après 1996, des entreprises repensent complètement leur organisation en fonction des nouvelles aspirations en matière de temps de travail, de flexibilité et d’évolution de carrière.


Des piercings, des tatouages et des cheveux colorés...


Ces salariés veulent également des politiques d’entreprise et des programmes offrant un support sur le plan de la santé mentale et favorisant une évolution professionnelle, ainsi qu’un environnement de travail qui encourage la diversité, l’équité et l’inclusion.


Lire l'article sur le site de Courrier International




6 vues0 commentaire