Les 10 commandements du bien-être au travail

Dernière mise à jour : 9 déc. 2021

Un salarié qui se sent bien dans son bureau, son poste, sa tête, son corps et avec ses collègues est forcément plus motivé et performant. Les entreprises l’ont bien compris. Tour d’horizon de ces attentions qui changent tout.

3ème commandement : Savoir se déconnecter, pour ne pas craquer. « Il faut laisser son ordinateur au bureau, éteindre son téléphone », insiste Lionel Cagniart Leroi, psychologue du travail. Selon l'expert, la prise de conscience existe chez les dirigeants d'entreprise : « Ils sont de plus en plus à obliger leurs salariés à s'arrêter, souligne-t-il. Par exemple…

Le salaire, le poste ou un titre ne suffisent plus à l'épanouissement des collaborateurs. Pour qu'ils se sentent bien et soient performants, l'entreprise doit offrir du sens, une attention, des conditions de travail et des moments de décompression.


1. Bien installé, tu seras

En ce jeudi matin, Jean-Luc a choisi une grande table noire, assez formelle, à proximité de la terrasse avec vue sur les toits de Paris et le Sacré-Coeur. Pierre a préféré les fauteuils de la bibliothèque, portable sur les genoux. Au siège de Nexity, rue de Vienne (VIIIe), au cinquième étage, chacun s'installe où il veut, en fonction de son humeur ou de son envie. Depuis deux mois et demi, les équipes dédiées à l'immobilier d'entreprise ont pris possession de locaux complètement réaménagés avec coin canapés, tables hautes, petite salle de réunion, table qui serpente, triangle de sieste, « troquet » ou poufs moelleux.

« On teste chez nous ce que l'on va proposer à nos clients, s'enthousiasme Véronique Bédague, PDG de Nexity immobilier d'entreprise. Nous avons choisi du bois, des papiers peints dans les tons verts. L'idée c'est de se sentir bien. L'immobilier est un facteur fort de bien-être. »

Si la proximité des transports et l'environnement du quartier restent des éléments fondamentaux, la spécialiste constate que l'aménagement intérieur des bureaux est de plus en plus important. « Pour attirer les talents, les entreprises ont besoin de lieux agréables, conviviaux, qui permettent de se sentir bien et de se mettre en mode projet », analyse Véronique Bédague. D'où un fourmillement de petits espaces favorisant les rencontres et le partage. « Je ne regrette pas mon bureau individuel, témoigne Jean-Luc. Ce cadre de travail est plus apaisé, serein et il permet des discussions informelles. Plus besoin de prendre rendez-vous. »


2. De bonnes postures, tu adopteras

Travailler sans attraper torticolis ou mal de dos, n'est-ce pas le début du bonheur ? Frédéric Srour, kinésithérapeute et ergonome en entreprise, anime régulièrement des ateliers pour apprendre aux salariés à adopter les bons gestes. Il est aussi l'auteur avec Emmanuelle Teyras de « Même pas mal, le guide des bons gestes et des bonnes postures » (First Editions).

« Comme on dit en anglais, The good posture is the next posture, la bonne posture, c'est la suivante, annonce Frédéric Srour comme première règle. C'est bouger qui est bénéfique. » Il va même jusqu'à tordre le cou aux idées reçues : « Il vaut mieux changer de posture que de rester dans une bonne posture. » Pour atteindre ce Graal sans passer pour un agité sur sa chaise, le spécialiste conseille de « décoller toutes les dix minutes son dos du fauteuil, de se redresser et de placer l'écran en face de ses yeux, de se placer de temps en temps sur le rebord du siège et de profiter de chaque occasion de la journée pour se mettre debout. »

Oublié donc la tasse de café et les dossiers rangés à portée de main. « On peut mettre volontairement à distance certains éléments dont on a besoin pour se lever », encourage-t-il. Le kiné voit d'un très bon œil l'arrivée, depuis cinq ans dans certaines entreprises, de postes de travail munis de tapis roulants ou de vélos, mais aussi de gros ballons en guise de siège. « Rien n'est interdit ! »

Mais l'ergonome d'interdire… les réunions sans pauses. « Toutes les trente minutes, dix mouvements des jambes et dix mouvements des bras, cela devrait être obligatoire. Ça fait du bien à la personne et augmente l'attention. »


3. Le soir, la connexion tu couperas

Savoir se déconnecter, pour ne pas craquer. « Il faut laisser son ordinateur au bureau, éteindre son téléphone », insiste Lionel Cagniart Leroi, psychologue du travail. Selon l'expert, la prise de conscience existe chez les dirigeants d'entreprise : « Ils sont de plus en plus à obliger leurs salariés à s'arrêter, souligne-t-il. Par exemple, ils peuvent déconnecter les ordinateurs, bloquer les SMS ou appels à partir d'une certaine heure. » Des start-up comme Calldoor ont élaboré des applications pour accompagner les entreprises dans cette démarche.


4. Les salariés, tu consulteras

Florian Cordel veut s'attaquer au « sujet de fond » du bien-être au travail. Avec son entreprise « Human predictive intelligence » (HPI), le Lyonnais facilite le travail des responsables des ressources humaines, sa formation initiale. Il a créé, avec deux associés, l'outil numérique « Speak Up », censé mesurer le « climat social » dans une entreprise. « Avant de mettre des tables de ping-pong ou d'organiser des sessions sport entre collègues, il faut d'abord être à l'écoute des salariés ! », argue-t-il.


Lire l'intégralité de l'article sur le site du Parisien


1 vue0 commentaire