top of page

Les séniors à la peine.

Dernière mise à jour : 9 oct. 2023

Fins d’activités précoces liées à un travail pénible.


France Stratégie met en lumière dans une note d’analyse les 20 métiers ayant la part de sorties précoces de l’emploi la plus élevée : les conditions de travail fortement contraignantes sont, en partie, associées à un départ précoce pour raison de santé. Améliorer la soutenabilité du travail est un levier pour améliorer le taux d’emploi des seniors et la pénurie de main d’œuvre dans les secteurs en tension.


La réforme des retraites a été l’occasion pour l’organisme France Stratégie placé auprès de la Première ministre de se pencher sur les départs en fin de carrière sans passage immédiat vers la retraite. Ces sorties précoces peuvent intervenir dès 51 ans et sont imputables à des raisons de santé, le chômage et tout autre type d’inactivité de personnes ayant renoncé à chercher un emploi et/ou s’occupant d’un proche dépendant.

Le nombre de ces seniors ni en emploi ni en retraite (NER) est loin d’être marginal. Une étude de l’Insee publiée en mai 2023 montre qu’une personne sur six âgées de 55 à 69 ans est dans cette situation, le plus souvent subie : 45 % des personnes de 55 à 61 ans sont sans emploi pour une raison de santé ou de handicap, 19 % sont au chômage. La part de personnes ni en emploi ni à la retraite atteint 28 % à 61 ans. Un peu plus de 60 % des personnes NER sont des femmes.


La suite sur le site des éditions Tissot.

Posts récents

Voir tout

Commentaires


Les commentaires ont été désactivés.
bottom of page