Lu : "À nos amis"

Dernière mise à jour : 13 déc. 2021

Le comité invisible, À nos amis, La fabrique éditions 2014 (réédité en 2018).


Article paru dans la revue

Pratiques Cahiers de la médecine utopique n° 90, juillet 2020 :

Autopsie d’une crise (1ere partie)

En temps de confinement, de crise ou de guerre prétendue, ce livre est une porte ouverte vers une bonne santé psychique. Un réveil qui berce et qui borde la pensée comme un enfant avant la nuit. Roboratif d’apprendre qu’on peut cogiter autrement les grands enjeux de notre vivre ensemble au-delà de certaines fulgurances radicales. Amusant d’inverser les valeurs. Surprenant d’entrevoir des solutions. Jouissif d’observer des possibles. Ce livre s’adresse à ceux qui ne supportent plus le règne de la bêtise, du mensonge et de la confusion. Il se veut une contribution à l’intelligence de ce temps. Ce livre est un festival de considérations et de concepts revisités ou remis à l’endroit d’un bon sens qui n’aurait jamais dû nous échapper.

Les insurrections se prolongent moléculairement, imperceptiblement, dans la vie des quartiers, des collectifs, des squats, des centres sociaux, des êtres singuliers, au Brésil comme en Espagne, au Chili comme en Grèce… Riche d’enseignement d’approcher le « mouvement espagnol d’occupation des places » et d’expérimenter à l’occasion d’épisodes collectifs, des bonheurs qui pourraient durer, mais que les pouvoirs ont cassés, médiatiquement surtout. Revigorant de reconsidérer les notions d’effort au service d’un autre capital que celui qu’on retrouve en bourse au lieu d’être dans nos personnes corps et âme. C’est une utopie qui se pense, se partage et se teste en petits comités (invisibles ?) pour l’instant.

Il existe beaucoup de petites communautés. Il en reste encore plus à créer pour atteindre le niveau d’une vague submergeant ce qui nous étouffe. Comment dit-on « Je ne peux plus respirer » en langage efficace ?

À nos amis ouvre des perspectives, élargit nos sens, offre un horizon frugal mais joyeux. Si vous détestez le monde d’aujourd’hui, vous aimerez la vie de demain qu’il suffit de vouloir au présent. Ici, pas de création en ismes, pas de novlangue, ni de plan binaire, structuré, à respecter. Juste une liberté d’appropriation par le plaisir et le désir qu’engendre l’intelligence du propos.

C’est un genre de texte à portée universelle. Qu’on soit un intello ou pas, un bobo ou pas, un paumé ou pas, un de peu ou de beaucoup pris dans les rais du maillage infernal des contradictions entre nos envies et le réel. Le réel dans lequel nous étrangle le libéralisme, le capitalisme et autres ismes, à savoir le capital libéral borné, taré, obtus.

Extraits choisis à lire sur le site de la revue Pratiques.


Par Lionel Leroi-Cagniart


Article paru dans la revue

Pratiques Cahiers de la médecine utopique n° 90, juillet 2020 :

Autopsie d’une crise (1ere partie)



1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout