Votre métier vous passionne ? Vous n’êtes quand même pas à l’abri d’un burn-out

Dernière mise à jour : 9 déc. 2021

Une récente étude révèle que le décalage entre les aspirations professionnelles et la réalité d’un poste, au-delà de le décevoir, peut mener un salarié au burn-out. Même les chanceux qui ont trouvé leur voie ne sont pas à l’abri de craquer un jour. Voici pourquoi.


Vous êtes plutôt introverti mais votre métier vous impose de vous mettre en avant ? Le burn-out vous guette peut être ! On a l’habitude de le définir comme le syndrome d’épuisement professionnel, mais il semble qu’il ne soit pas seulement dû à un stress chronique causé par une surcharge de travail ou un management hostile. L’inadéquation entre vos besoins inconscients et les caractéristiques du poste que vous occupez entrent aussi en jeu. C’est ce que vient de conclure une étude* menée par Veronika Brandstätter, Veronika Job et Beate Schulze, trois chercheuses des universités de Zurich en Suisse, et de Leipzig en Allemagne.


Besoin d’affiliation et besoin de puissance

Pour en arriver là, les trois expertes en psychologie ont comparé les aspirations professionnelles et le niveau de bien-être de 97 salariés et salariées, victimes d’un burn-out, avec les caractéristiques de leur poste. Au terme de leur étude, elles ont observé que tous ont craqué parce qu’ils n’ont pas assouvi un besoin inconscient, susceptible de les motiver. Ils sont fait pour travailler en collaboratif (besoin d’affiliation) ou influer sur leur entourage professionnel (besoin de puissance), mais aucun n’occupe un poste qui leur permet de satisfaire ce besoin profond. Ainsi, selon l’étude, un fossé entre leurs aspirations professionnelles et les caractéristiques de leur poste s’est creusé au fil du temps. Et plus celui-ci s’agrandit, plus la tendance au craquage augmente.


Lire la suite sur le site www.cadremploi.fr

3 vues0 commentaire